Pays de nos ancêtres (suite)

Pays de nos ancêtres (suite)

Pays de nos ancêtres (suite)

Nous pou­vons con­sid­ér­er que notre pays con­nait les pre­miers signes d’alerte. Le grand rem­place­ment n’est pas un mythe, le vivre ensem­ble tant van­té se révèle un échec patent. Les immi­grants chance pour la France que nous ont ven­du nos prési­dents les uns après les autres n’est jamais qu’une chausse-trappe où ont chuté d’innombrables gogos. Com­ment imag­in­er que des indi­vidus qui ne pos­sé­daient pas les qual­ités néces­saires pour dévelop­per le pays où ils virent le jour deviendraient chez nous les déto­na­teurs de la prospérité. Il serait injuste de pass­er sous silence le bilan posi­tif de l’immigration: Pour le pays d’origine cela va sans dire, en effet des sommes astronomiques quit­tent l’Hexagone pour ali­menter les familles restées au bled. ( en 2012. 9 mil­liards d’euros) Il est à crain­dre que ce flux ne se tarisse jamais. Nos prési­dents pro­gres­sistes ou pas firent la réclame pour une immi­gra­tion débridée. Por­teuse d’un sang neuf régénéra­teur de nos vieilles souch­es. Encore faut il qu’il soit com­pat­i­ble. Le migrant est il don­neur uni­versel? De souhaiter la dis­pari­tion de l’homme blanc a t-il un sens ? La France des cathé­drales s’est con­stru­ite grâce au génie et au dure labeur d’une pop­u­la­tion autochtone. le bilan archi­tec­tur­al est sans con­teste sans com­mune mesure avec les réal­i­sa­tions africaines. Une qual­ité est néan­moins à porter au crédit des migrants. Une fac­ulté de pro­créa­tion large­ment supérieur à celle des gaulois. A terme inéluctable­ment nous serons minori­taire dans notre pro­pre pays et réduit à por­tion con­grue avec les désagré­ments que cela induit. Mais les pri­or­ités des français sont tout autre. Ils n’ont de cesse de réclamer un meilleur pou­voir d’achat, de la crois­sance, et une bonne retraite. Tant pis si nous décli­nons au risque de dis­paraitre.

Category : Actualités , Réflexion

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :