LA TROMBE. dans le désert du Tibesti

<span class=LA TROMBE. dans le désert du Tibesti" title="1200px-F5_tornado_Elie_Manitoba_2007">

LA TROMBE. dans le désert du Tibesti

La page blanche.  Je me con­tente d’un vieux petit poème que j’ai com­mis à l’age de 25 ans. Par­don­nez moi ces vers de mir­li­ton que je vous inflige.

Le calme le plus pro­fond

nous avait presque momi­fié

Notre âme avait criée son aban­don

à nos corps alan­guis et fatigués

Soudain mon œil devint ambiant

L’horizon se mou­vait lente­ment

Un fin nuage de sable irra­di­ant

Du ciel au sol, du sol au fir­ma­ment

Un trait s’élança tour­bil­lon­nant

Il pas­sa près de moi fan­tasque

Du ciel au sol fût la bour­rasque

Il laboura l’éther ful­gu­rant

Ain­si il m’effleura de son souf­fle

Puis­sant et trans­fig­uré

De la rota­tion de son gouf­fre

Il me lais­sa pan­tois mais ini­tié

La vie reprit sa lenteur

L’œil de mon éveil se refer­ma

L’âme en paix sur mon bon­heur

La trombe s’estompa.

 

 

Category : Poèmes

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :