Avons nous une politique migratoire?

Avons nous une politique migratoire?

Avons nous une politique migratoire?

Cette ques­tion légitime que tout citoyen devrait pos­er n’a sem­ble-t-il pas les faveurs des grands médias qui ne relaient pas cette inter­ro­ga­tion.  Nos dirigeants ont-ils réfléchi à cette épineuse ques­tion.  Sans doute oui, si j’entretiens une piètre opin­ion de ces gens là, je ne més­es­time pas leur intel­li­gence ni leur fac­ulté de nui­sance.  En effet le ressen­ti d’une absence de poli­tique migra­toire n’est qu’illusion.  La céc­ité appar­ente dont fait mon­tre l’oligarchie au pou­voir n’est qu’une supercherie.  C’est une poli­tique délibérée qui a pour but de favoris­er la venue d’une pop­u­la­tion pourvue de valeurs et de mœurs totale­ment étrangers aux nôtres.

Quiconque voy­age dans notre beau pays con­state — à moins d’être obtus — un change­ment rad­i­cal d’habitudes ves­ti­men­taires, ali­men­taires, religieuses, de lan­gages et même de pilosité.  Afin de mar­quer nos diver­gences je pour­rais évo­quer des com­porte­ments inap­pro­priés envers les femmes, mais je man­querais de retenue.    Ce boule­verse­ment soci­ologique voulu et encour­agé est con­traire à notre bien com­mun.   Pourquoi détru­ire l’homogénéité de notre nation, au prof­it de quelle utopie?  Eradi­quer nos paysans berri­chons, bre­tons, bour­guignons, occ­i­tans, picards et autres, afin d’offrir ces ter­res nourri­cières à des bar­baresques ou autres moyens-ori­en­taux, voir des ressor­tis­sants des mon­tagnes balka­niques ou des fel­lahs du désert sahélien n’a aucun sens si ce n’est de par­ticiper à la dis­pari­tion d’une pop­u­la­tion et d’un pays qui fut la grandeur de l’Europe.

Les pau­vres hères qui camp­ent aux abor­ds du canal saint Mar­tin sont l’exemple frap­pant de cette poli­tique sui­cidaire. Un étranger extra européen désireux de se ren­dre en vil­lé­gia­ture dans notre vielle France doit pos­séder un visa en bonne et due forme.  Pour l’obtenir il doit démon­tr­er qu’il pos­sède un moyen d’existence, et un lieu de séjour.  Sans ce sésame séjourn­er sur notre sol est illé­gal.  Donc pas­si­ble d’expulsion.  Or rien de ceci ne se réalise, mieux encore des élus parisiens s’insurgent con­tre les con­di­tions de vie de ces illé­gaux, qui par un tour de passe-passe devi­en­nent des migrants dotés d’un arse­nal de droits qui assurent une totale impunité.

De mul­ti­ples organ­i­sa­tions s’emploient à for­ti­fi­er l’implantation de ces envahisseurs paci­fiques.  Le res­teront-ils Ad vitam aeter­nam?    Osera t-on un jour désign­er ces aidants par le terme infamant que l’on imputait jadis à ceux qui aidaient l’occupant nazi : col­lab­o­ra­teurs.…..

Les alle­mands man­quaient de jugeote ; il suff­i­sait de venir avec des valis­es.

Category : Actualités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :