Traite négrière. Tous coupables!

Traite négrière. Tous coupables!

Traite négrière. Tous coupables!

Le 10 mai nous com­mé­morons l’esclavage. Cette man­i­fes­ta­tion est l’œuvre de Chirac et Taubi­ra avec sans doute des raisons poli­tiques prob­a­ble­ment fort dif­férentes.

Allons nous bat­tre notre coulpe ad vitam aeter­nam ? En nous désig­nant à la vin­dicte pop­u­laire comme des crim­inels, que cherchent ces fos­soyeurs de notre avenir, ces Fouquier-Tinville en herbe qui inlass­able­ment met­tent au pilori nos ancêtres et désirent faire peser sur nos épaules le poids d’un remord éter­nel.     Oui l’esclavage est con­traire à la vision mod­erne de la déc­la­ra­tion des droits de l’homme.  Non nous ne sommes pas coupables d’actes com­mis avant notre venue au monde.

Si nous devons dénon­cer les agisse­ments de nos aïeux, alors que se soit à l’aune de leurs fautes.  Car les coter­ies qui s’acharnent sur nous man­quent d’impartialité, soit par mécon­nais­sance ou plus inquié­tant avec une mau­vaise foi non dépourvue d’arrières pen­sées poli­tiques.   Avoir l’outrecuidance de nous présen­ter comme seul respon­s­able est non seule­ment un men­songe éhon­té, mais par­tie inté­grante d’un des­sein visant à affaib­lir nos posi­tions dans la lutte pour la survie de l’Europe chré­ti­enne.

Si nos médias qui se com­plaisent dans la soumis­sion se com­por­taient en défenseurs de notre passé en divul­guant la vérité, alors nous seri­ons absous de bien de péchés.   L’esclavage a tou­jours existé, des égyp­tiens aux romains, des pers­es aux indi­ens, des empires africains noirs aux poten­tats arabes.  Tout le monde en a cro­qué.

Rap­pelons quelques chiffres :  La traite négrière imputable à la France débute à Bor­deaux en 1672, à Nantes  en 1707 pour cess­er en 1794.  Reprise sous Napoléon l’esclavage sera aboli défini­tive­ment en 1826. L’Angleterre quant à elle débutera en 1600 pour stop­per en 1833.  L’Espagne et le Por­tu­gal avaient quelques longueurs d’avance, lançant ce com­merce dès 1500, ils ne furent pas les moins coupables.  Les his­to­riens esti­ment le nom­bre des déportés en direc­tion des Amériques à 11 mil­lions de per­son­nes.

Com­parons la traite arabo-musul­mane qui per­du­ra env­i­ron 13 siè­cles.  Le dernier marché aux esclaves au Maroc se situe en 1920.  L’Arabie Saou­dite aboli­ra l’esclavage en 1962.  Le bilan :  17 mil­lions d’africains. n’oublions pas le mil­lion d’esclaves européens ven­dus par les bar­baresques entre 1500 et 1800.     Enfin une traite occultée fort oppor­tuné­ment, celle que sans doute par pudeur on évoque que très rarement.  La traite intra africaine.  Env­i­ron 14 mil­lions.  Il est bon de garder à l’esprit que les cap­tifs noirs reven­dus par les négri­ers blancs aux Amériques étaient acheté à des négri­ers noirs. En effet l’esclavage africain par des africains était mon­naie courante depuis des temps immé­mo­ri­aux.

A la lec­ture de ces chiffres il serait bon de recon­sid­ér­er les respon­s­abil­ités de cha­cun en n’ omet­tant pas les grands prof­i­teurs de ce sin­istre com­merce, les esclavagistes nord-améri­cains qui retirerons d’immenses prof­its et ce jusqu’en 1865.

Category : Actualités , Réflexion

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :