Avec ou sans voile?

Avec ou sans voile?

Avec ou sans voile?

Il est des événe­ments cycliques. A inter­valles réguliers revi­en­nent les équinox­es, les années bis­sex­tiles, les impôts, la grippe, le tour de France, pâques et noël.  Peut on insér­er le voile islamique dans cette liste non exhaus­tive, car celui-ci revient sur le devant de la scène?  La porte parole de l’Unef encadre son vis­age inno­cent de ce sym­bole à pri­ori anodin.  Cer­tains esprits sim­ples admet­tent de bonne foi l’explication que ce foulard n’a de rai­son d’être que d’afficher une mode ou à défaut d’aimer les fan­fre­luches et autres fal­balas. D’autres esprits plus retors ajoutent que de trou­ver une sig­ni­fi­ca­tion autre qu’un attrib­ut ves­ti­men­taire relève d’une para­noïa aiguë mat­inée d’un gout affir­mé pour le com­plo­tisme le plus déli­rant.

Moi je veux bien mais sus­picieux comme pas deux,  je vois comme une évi­dence que ce hid­jab, car cela se nomme ain­si est un signe éminem­ment religieux.  De refuser l’idée que cela par­ticipe à un arse­nal des­tiné aux four­ri­ers de l’islam est plus qu’une faute, c’est assim­i­l­able à de la trahi­son.

L’avant garde de l’idéologie salafiste utilise le hid­jab comme arme au même titre que les reven­di­ca­tions sur le nom­bre des mosquées,  les prières de rue, les ten­ta­tives pour instau­r­er la charia, le ramadan, la barbe et enfin les imams importés du Maroc.  Excusez du peu.    L’Angleterre a de l’avance, elle  expéri­mente la charia dans cer­taines local­ités et offre les mairies de grandes villes à des musul­mans. L’exemple le plus frap­pant est Lon­dres.

Quand allons nous émerg­er de cette léthargie com­plaisante, ou alors allons au bout de notre démis­sion et changeons d’emblème nation­al.  Du coq adop­tons l’autruche.

Category : Actualités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :