Un rappeur islamique au Bataclan.

Un rappeur islamique au Bataclan.

Un rappeur islamique au Bataclan.

A la stu­peur vient s’ajouter l’indignation, l’incompréhension prend le relais, puis s’installe la colère qui précède de peu la résig­na­tion à laque­lle suc­cède la soumis­sion toute proche.  Ces états d’âmes devraient être ceux de tous citoyens por­teurs de valeurs uni­verselles et soucieux de préserv­er notre mode de vie.  Qu’un rappeur islamique qui revendique le dji­had avec un cime­terre comme argu­ment désire se pavan­er et propager son brévi­aire coranique dans une salle qui vit le mar­tyre d’innocents mas­sacrés par les com­bat­tants de l’islam est pour le moins dérangeant.  L’abjection de cette démarche devrait nous révulser.

D’interdire la tenue de cette soirée où doit se pro­duire un pro­pa­gan­diste d’une idéolo­gie assas­sine devrait recueil­lir l’unanimité de la classe poli­tique toutes ten­dances con­fon­dues ain­si que l’assentiment de tous les citoyens désireux de pro­téger la paix et la vie humaine.  Se liguer con­tre cette ten­ta­tive de ter­ror­isme intel­lectuel devrait aller de soi.

Arguer de la lib­erté d’expression et de créa­tion est un argu­ment spé­cieux, car dans notre beau pays la lib­erté est soumise à oukas­es.  les néga­tion­nistes et anti sion­istes lorsque leurs pro­pos insul­tent la décence sont frap­pés avec fer­meté par la jus­tice.  Pourquoi celle-ci laisse t-elle la bride sur le cou à ces par­ti­sans de la charia ?

Lors d’une émis­sion de télé dirigée par Pas­cal Praud les débat­teurs s’échinaient à démon­tr­er les bien­faits de la lib­erté d’expression dans une cacoph­o­nie de ver­biages incon­sis­tants.  Les voir s’accoquiner de la sorte me remit en mémoire la con­tro­verse du sexe des anges débattue à Byzance alors que la ville subis­sait un siège qui la con­duirait à sa perte.

Notre société est-elle à ce point per­ver­tie pour ne pas pressen­tir la pres­sion que nous subis­sons de la part de la pro­pa­gande dji­hadiste? Sommes nous devenus des êtres veules, sans courage pour ne pas se rebeller con­tre cette intru­sion dans notre univers men­tal ?  Sommes nous des eunuques inca­pables de réac­tion, émas­culés au point de livr­er sans com­bat nos gorges aux couteaux des sicaires islamiques ?  Sommes nous des dhim­mis en devenir ?  Si tel est le cas il reste la fuite ou la soumis­sion, une actu­al­i­sa­tion de la valise ou du cer­cueil.

Category : Actualités , Réflexion

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :