L’Aquarius bateau pirate ?

L’Aquarius bateau pirate ?

L’Aquarius bateau pirate ?

Une fois encore les forces de l’anti-France sont à la manœu­vre. Esti­mant sans doute que les migrants tra­ver­sant la Méditer­ranée pro­gressent à une vitesse jugée trop lente, elles met­tent en bran­le des moyens con­sid­érables. Jugeant que le pour­cent­age de perte en mer est trop élevé, nous pri­vant ain­si d’une par­tie non nég­lige­able d’une pop­u­la­tion apte à nous régénér­er. Des redresseurs de torts affrè­tent  par le biais d’ONG des navires, dont le fleu­ron, l’Aquarius, n’est pas des moin­dres.  Une dizaine de bateaux pra­tiquent ain­si un cab­o­tage inno­vant, prenant à rebours les négri­ers qui impor­taient une main d’œuvre gra­tu­ite de l’ancien monde aux Amériques.  Ces fla­gel­la­teurs de mémoires impor­tent des migrants de préférence musul­mans en terre d’occident au mépris des lois.

Au nom de quelle idéolo­gie sui­cidaire ces effaceurs de nations ten­dent à pro­mou­voir un pro­jet qui vise ni plus ni moins à dis­soudre les français dans une société sans racines mais pourvue d’une reli­gion qui nous est étrangère.  Ce tra­vail de sape porte ses fruits, la pop­u­la­tion française s’efface peu à peu. Elle a vécu.  Cer­tains se félici­tent de ce bras­sage qui accouche une société hétérogène et com­mu­nau­taire.  Ceux qui refusent cette évo­lu­tion sont des moins que rien, ploy­ant sous l’anathème. Traités de fas­cistes ces nou­veaux parias jetés en pâture à l’opinion publique ten­tent de ralen­tir l’inéluctable.

Cette balka­ni­sa­tion des indi­vidus sert peut être des intérêts que nous ne soupçon­nons pas.  Des pays, des organ­i­sa­tions occultes tra­vail­lent à notre perte. Les pleur­nichards insti­tu­tion­nels déplorent la fuite des zones de guerre de ces pop­u­la­tions avides de ter­res d’asiles.  Mais qui attisent ces con­flits : la Cia, le Mi 5, le Mossad, la DGSE, c’est prob­a­ble.  Tous ces mal­heurs qui frap­pent le moyen-ori­ent ne sont pas for­tu­its.  Cette mis­ère humaine n’est qu’un dégât col­latéral occa­sion­né par la guerre larvée qui oppose les économies des grandes puis­sances.

Quant à ces bateaux qui trans­portent des migrants illé­gaux, ils con­tre­vi­en­nent à la loi sans que cela n’offusque grand monde.  Les jour­naleux d’ordinaire prompts à débus­quer les dépasse­ments de bud­get des par­tis poli­tiques sont d’un manque de curiosité abyssale sur le finance­ment de ces ONG.  Soros est évo­qué , mais qui con­nait Soros ?.

Aquar­ius était le titre d’une chan­son des années soix­ante.

 

 

Category : Actualités , Réflexion

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :