Affaire Benalla.. Scandale d’état?

Affaire Benalla.. Scandale d’état?

Affaire Benalla.. Scandale d’état?

Cette affaire, somme toute de peu d’importance, a aug­men­tée son audi­ence au gré des révéla­tions qui jour après jour nous éclairent sur des jeux de pou­voir qui nous échap­pent.   Comme beau­coup de français je décou­vre le rôle d’un chargé de mis­sion.  Bien que ces fonc­tions soient des plus nébuleuses, il appa­rait que le mis­sion­naire Benal­la dis­po­sait d’un pou­voir exor­bi­tant.  Chargé de la coor­di­na­tion du ser­vice de sécu­rité de la prési­dence il don­nait des ordres aux policiers du GSPR qui offi­cielle­ment pro­tè­gent le prési­dent.    Un civ­il sur­git du néant, enfin en par­tie seule­ment car lieu­tenant-colonel au titre du ser­vice citoyen.   Cette usine à gaz a essen­tielle­ment pour but d’offrir des sinécures à quelques favoris du régime.

Ces galons en choco­lat que le chargé de mis­sion a con­quis de haute lutte à l’aune de ses mérites, auront per­mis de franchir d’un seul bond la dis­tance qui sépare un brigadier d’un lieu­tenant-colonel.  Cette ascen­sion ful­gu­rante laisse béat d’admiration tous les anciens mil­i­taires, qui met­tant leur peau au bout du fusil, gravirent les éch­e­lons de la hiérar­chie par­fois sur une durée de plusieurs années.

Quelles sont les raisons qui per­mirent à ce jeune homme d’obtenir un per­mis de port d’arme ; à l’issue, nous dit-on, d’une for­ma­tion sérieuse.  Ne soyons pas dupe, une for­ma­tion si fugace n’offre que peu de simil­i­tude avec la for­ma­tion reçue par les policiers d’élites sous ses ordres. Issus pour la plu­part de ser­vices pres­tigieux, tels que le RAID et le GIGN.    La ques­tion impor­tante que peu d’observateurs ont l’audace de pos­er est de con­naître les raisons d’une ascen­sion si rapi­de.   Devenir un proche du cou­ple Macron est-il le résul­tat de con­nivences qui nous échap­pent ?    Cette prox­im­ité a t-elle des orig­ines occultes ?  Nous aime­ri­ons partager le secret des dieux.  Le seul fait du prince n’explique pas tout.

Un élé­ment de cette affaire n’a pas les faveurs de la presse bien pen­sante.  Ce mon­sieur Benal­la  aurait pour réel patronyme, Lahcène  Benahlia, et pour père un maro­cain d’origine, ce qui fait de lui un bi-nation­al et par son père un musul­man.  Cela ne sem­ble pas être un motif d’ inquié­tude pour grand monde.  Cela dénote une fois encore l’état de délabre­ment moral de notre nation.

Qu’adviendra t-il  de cette pan­talon­nade, de fra­cas­santes révéla­tions met­tant à mal le régime?  Sans doute pas. La meilleure preuve la créa­tion d’une com­mis­sion d’enquête par­lemen­taire à pri­ori le meilleurs moyen d’enterrer une affaire.  Macron est mon­té au créneau, qu’il prenne garde de ne pas en tomber.

Category : Actualités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :