Deux poids- deux mesures…

Deux poids- deux mesures…

Deux poids- deux mesures…

On ne dira jamais suff­isam­ment fort que l’information que l’on ingur­gite à longueurs de temps est par­tiale. elle sélec­tionne, elle min­imise, elle omet, elle met en valeur. Le deux poids deux mesures est appliqué avec un acharne­ment qui frise la pro­pa­gande sovié­tique. Les églis­es brû­lent, qui s’en soucie. La presse a d’autres chats a fou­et­ter. Une mosquée est taguée, cela fait la une des jour­naux. Une syn­a­gogue est men­acée la licra monte au créneau et immé­di­ate­ment les forces de l’ordre mon­tent la garde. Lorsque daech appli­quait la charia et coupait des têtes de préférence de chré­tiens. Bien peu se rassem­blaient pour exiger l’arrêt de ces méth­odes bar­bares. Deux poids deux mesures: Le sul­tan de Bruneï désir­ait appli­quer la charia aux adeptes de Sodomme. HORREUR les opposants Clon­ney en tête menaient cam­pagne con­tre le sul­tan. Avoir l’intention de rac­cour­cir les sodomites est bien plus grave que de pass­er au fil de l’épée les ado­ra­teurs du christ. Deux poids deux mesures: Les vio­lences poli­cières. Elles s’exercent avec bru­tal­ité au détri­ment des gilets jaunes avec une vigueur digne d’états total­i­taires les plus inhu­mains. A l’occasion elle sait se mon­tr­er mag­nanime. Vu à la télé un reportage sur le rack­et en expan­sion dans la ville de Creil. Celui-ci m’a lais­sé sans voix. Des policiers ten­taient de con­fon­dre qua­tre indi­vidus issus de la diver­sité de rack­et sur un lycéen. Placés devant un miroir sans teint qui autori­sait le plaig­nant a voir sans être vu, ils se com­por­taient avec inso­lence et nar­guaient les fonc­tion­naires de police. Le point d’orgue fut atteint lorsqu’un indi­vidu fix­ant le miroir fit le geste explicite de pass­er son pouce sous son cou, mimant l’égorgement dans le but évi­dent de dis­tiller la peur chez la vic­time. A cet instant il était prévis­i­ble qu’une sanc­tion vir­ile allait s’appliquer. Un coup de bot­tin, un coup de pied au cul, un coup de matraque sem­blable à celle admin­istrée généreuse­ment aux gilets jaunes. A ma pro­fonde stupé­fac­tion le rap­pel au vivre ensem­ble se bor­na à une admon­es­ta­tion du pan­dore qui me lais­sa pan­tois. : tu te crois ou toi?: Deux poids deux mesures. On pour­rait à l’infini déplor­er des exem­ples qui démon­trent l’injustice qui pré­vaut dans notre belle démoc­ra­tie.

Category : Actualités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :