Nous avions un camarade.

Nous avions un camarade.

Nous avions un camarade.

Com­ment oubli­er Titi, Thier­ry Tcheng Tchung de son vrai nom a rejoint le wal­hal­la. le par­adis des guer­ri­ers le 29 06 2002. Fig­ure emblé­ma­tique du mer­ce­nar­i­at français, il reste dans nos sou­venirs. son par­cours est mar­qué par sa présence au Liban ou il offi­cia dans les forces pha­langistes. Ensuite du débar­que­ment aux Comores en 78, il est présent au Cam­bodge, puis chez les Karens en Bir­manie où il se forge une fig­ure de légende.
En 95 il prend une part active au débar­que­ment aux Comores qui vise à démet­tre le prési­dent Djoar.
En 97 il est un rouage impor­tant dans l’aide apportée à Mobu­tu dans la guerre du Zaïre. Ce guer­ri­er hors pair me con­fi­ait un jour qu’il sub­odor­ait que sa tête fini­rait au bout d’une pique. Ce ne fut pas le cas. Son exis­tence se trou­va abrégée lors d’un saut en para­chute. J’ignore les cir­con­stances pré­cis­es de ce drame. Pour autant si un cama­rade con­nait les faits, son témoignage sera le bien­venu.

Category : Actualités , Réflexion

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :