Femmes pirates! Carola Rackete aussi ?

Femmes pirates!   Carola Rackete aussi ?

Femmes pirates! Carola Rackete aussi ?

Anne Bony, Marie Read. Ces noms oubliés aujourd’hui ont par le passé fait trem­bler bon nom­bre de marins. Femmes pirates elles ont écumé la mer des Caraïbes. Sans pitié et sans remord elles ont mar­qué l’histoire de la pira­terie. Ont-elles fait des émules ? L’allemande Car­o­la Rack­ete est- elle une nou­velle femme pirate ? Dans un reg­istre fort dif­férent elle impose sa féminité dans un secteur mar­itime fort con­tro­ver­sé. Elle sauve des migrants lâche­ment aban­don­nés par les passeurs. De prime abord c’est par­faite­ment louable. Encen­sée par les médias, son action fait d’elle une héroïne. Au tra­vers du prisme du pro­gres­sisme, elle mérite tous les hon­neurs et son nom sera psalmod­ié dans les écoles où sont dis­pen­sés les mantras du cos­mopolitisme. Cette belle enfant pos­sède ses détracteurs. Aux yeux des nation­al­istes que l’on affublent du nom méprisant de pop­ulistes. Elle est au ser­vice de l’internationalisme briseur de la cohé­sion des pays européens par l’entremise d’une vague migra­toire d’une ampleur jamais con­statée.
Son action vise à récupér­er en pleine mer des clan­des­tins trans­bor­dés sur des embar­ca­tions de for­tune par des passeurs. Non sans avoir au préal­able aver­ti les ONG de leurs présences.
Les bateaux des ONG se prê­tent au jeu et favorisent le pas­sage des clan­des­tins, qui posés le pied à terre devi­en­nent des illé­gaux rebap­tisés migrants. Favoris­er le fran­chisse­ment de fron­tière par des clan­des­tins est nor­male­ment pas­si­ble de sanc­tions.
Les citoyens français man­quent de curiosité car bien des ques­tions restent sans réponse.
Pourquoi les bateaux des ONG ne débar­quent-ils pas les clan­des­tins dans les ports les plus proches. La Tunisie ou la Turquie ne deman­dent pas mieux. Qui finance ses navires? Ques­tion sub­sidi­aire. Com­ment peut-on croire que ces clan­des­tins devenus esclaves en Libye. Donc dépos­sédés de leurs biens et corvéables à mer­ci. Donc sans argent, Retrou­vent comme par mir­a­cle leurs lib­ertés avec un pactole de plusieurs mil­liers d’euros pour pay­er les passeurs. La naïveté frôle l’imbécilité. Ques­tion à mille francs. Qui finance l’invasion?

Category : Actualités , Réflexion

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :