Un président. Son nom Janus.

Un président. Son nom Janus.

Un président. Son nom Janus.

Il est navrant de con­stater qu’il est des évène­ments qui con­tre vents et marées ne con­nais­sent aucun change­ment. La dés­in­for­ma­tion télévi­suelle bat son plein. La con­stance que la petite lucarne met à débiter des billevesées est admirable. Qu’elle soit à la sol­de des gou­verne­ments n’est pas une sur­prise con­sid­érable. Que la pro­pa­gande éhon­tée mise en œuvre afin de propager des infor­ma­tions prop­ices à con­forter la doxa européenne soit une réal­ité. Rien n’est plus vrai. Mais qu’elle grime une vie de men­songes en con­te pour enfants est exas­pérant.
D’en­censer un homme poli­tique détestable en icone de la jeunesse dépasse l’en­ten­de­ment. Un instant j’ai craint qu’ex­alté par une dém­a­gogie forcené un impu­dent ne demande la canon­i­sa­tion de Chirac.
Ce prési­dent que d’au­cuns nous présen­tent comme un homme admirable, aimé et plébisc­ité par son peu­ple est une fable que l’on doit dénon­cer avec vir­u­lence. Non ce prési­dent ne fût pas l’homme dépeint par des médias com­plaisants. Sa vie ne fut que trahi­son, men­songes et affab­u­la­tion. Homme sans con­vic­tion, il trompa son élec­torat tout le long de sa car­rière. Jamais il ne fut de droite, au pire un rad­i­cal social­iste.
De la trahi­son de Cha­ban à celle de Gis­card il mul­ti­plia les infidél­ités. Les français ont la mémoire courte . Son surnom de super menteur est oublié au même titre que cinq min­utes douch­es com­pris­es. Ses for­faits sont nom­breux et ce court bil­let ne suf­fit pas pour rap­pel­er cer­taines de ses turpi­tudes.
Emplois fic­tifs à la mairie de Paris. Cet homme qui aimait tant les sans grade dépen­sait en frais de bouche à la mairie de paris 4000 francs par jour. De l’af­faire de la cas­sette Méry aux déc­la­ra­tions intem­pes­tives,
telle la recon­nais­sance de la respon­s­abil­ité de la France dans la dépor­ta­tion des juifs, au déman­tèle­ment du ser­vice nation­al en oubliant l’élab­o­ra­tion de la loi sur l’a­vorte­ment qui per­met aujour­d’hui l’euthanasie de 200 000 têtes blondes favorisant ain­si une immi­gra­tion débridée. Français réveillez vous. Bor­del.

Category : Actualités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :