Demain l’anarchie ?

Demain l’anarchie ?

Demain l’anarchie ?

La société française est en proie à de pro­fonds boule­verse­ments. Des caté­gories sociales revendiquent des droits sou­vent diamé­trale­ment antag­o­nistes. Cer­tains récla­ment la pro­tec­tion de l’é­tat pour toutes les sit­u­a­tions met­tant en péril la paix sociale. D’autres oeu­vrent pour con­solid­er une économie libérale sans entrav­es. Des citoyens con­va­in­cus qu’une Europe fédérale est garante de prospérité s’op­posent aux sou­verain­istes attachés à une nation libre de ses déci­sions. Des nation­al­istes ambi­tion­nent de résis­ter à un flot migra­toire qui s’ap­par­ente à une inva­sion, alors que des pro­gres­sistes appel­lent de leurs vœux une immi­gra­tion plus impor­tante au pré­texte que nous man­quons de main d’œu­vre, esti­mant que c’est une chance pour la France.
Ces mêmes pro­gres­sistes cla­ment haut et fort leur attache­ment à la laïc­ité qui pour­tant n’est que le faux-nez de la haine du catholi­cisme, mais ne sont aucune­ment gênés par la mon­tée de l’is­lam. Des priv­ilégiés s’ac­crochent aux avan­tages des régimes spé­ci­aux, mais hurlent à tous vents l’amour de l’é­gal­ité.
Cer­tains retraités du privé ont des revenus en dessous du min­i­mum vieil­lesse, alors que des sommes indé­centes sont déblo­quées pour sat­is­faire le bien être des migrants pour la plu­part illé­gaux.
La théorie du change­ment cli­ma­tique imputée aux humains est indis­cutable et les intrépi­des qui remet­tent en ques­tion cette affir­ma­tion sont promis à l’es­tra­pade. Des français s’in­sur­gent con­tre l’im­péri­tie des ser­vices publics qui lais­sent nos routes et nos ponts se délabr­er inex­orable­ment. Alors que des par­tis poli­tiques admet­tent sans sour­ciller que l’ar­gent du con­tribuable finance les routes des pays africains.
Les exem­ples ne man­quent pas pour con­stater les frac­tures mul­ti­ples de la société française.
Les gilets jaunes sont la par­faite illus­tra­tion de ce divorce social. Des macro­nistes issus de la gauche affichent un pro­fond mépris pour ces damnés de la terre, arguant que ces fainéants devraient tra­vailler et de fich­er la paix aux citoyens hon­nêtes. Tous ces motifs de mécon­tente­ment et d’op­po­si­tion vont-ils débouch­er le 5 décem­bre sur une défla­gra­tion sociale ou faire un bide reten­tis­sant sans con­séquence pour le futur.

Category : Actualités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :