Réflexions désabusées d’un vieil atrabilaire.

Réflexions désabusées d’un vieil atrabilaire.

Réflexions désabusées d’un vieil atrabilaire.

Dans cette péri­ode morose d’un con­fine­ment oblig­a­toire con­coc­té par des gou­ver­nants soucieux de notre bien être, ne pour­rait-on pas en retir­er un béné­fice.
Ces heures passées à fix­er une pen­d­ule égrenant des min­utes qui valent des heures, pour­raient être mieux util­isées. Trans­former cette lenteur qui siérait à un dis­cours de Salomon, fer­vent dis­ci­ple de Thanatos en instant ludique et rafraichissant est pos­si­ble.
Pourquoi ne pas raviv­er le sou­venir des hommes et des femmes qui ont façon­nés par leurs actes et leurs pen­sées les jeunes gens que nous étions.
Aujour­d’hui il est de bon ton d’en­censer des amuseurs publics. Par là j’en­tends sportifs et autres fan­toches qui entre­ti­en­nent une notoriété basée unique­ment sur des valeurs sem­blables à celles qui pré­valaient dans les jeux du cirque à l’époque romaine. Panem et circens­es.
D’an­nées en années les per­son­nal­ités préférées des français se suc­cè­dent sans grande sur­prise. Gold­mann rési­dent anglais. Omar Sy rési­dent aux states. Yan­nick Noha vieux ten­nis­man recon­ver­ti en chanteur africain, rési­dent aux USA ou en Suisse. Kil­lian M’bap­pé foo­teux qui ne gagne que deux mil­lions d’eu­ros men­su­el. Tous ces apa­trides par­ticipent à une mys­ti­fi­ca­tion utile à la décérébra­tion des mass­es. Quelles valeurs trans­met­tent ces guig­nols hormis celles qui por­tent au pina­cle l’ar­gent roi.
Où est l’al­tru­isme, le partage, le don de soi, l’amour de sa patrie, le respect de la parole don­née, la con­ser­va­tion de la famille tra­di­tion­nelle hommes femmes enfants, l’hon­nêteté, le gout du risque.
Enfant j’en­vi­ais la vie de per­son­nages por­teurs de hautes valeurs morales. Des indi­vidus qui avaient mis leurs ambi­tions, leurs rêves, leurs lib­ertés et leurs vies au ser­vice d’une cause qui mag­nifi­aient leurs pays. Je fus bercé par les réc­its met­tant en scène des héros por­tant haut le gout de l’aven­ture. Du Guesclin, Mer­moz, Dou­glas Bad­er, Jeanne d’Arc, Fon­ck, Closter­man, Ungern von Sten­berg, Paul-émile Vic­tor, René Cail­lé, Château-Jobert. Des écrivains qui ont enchan­té ma jeunesse me vien­nent à l’e­sprit : Serge Dalens avec ses his­toires sur le scoutisme, Alexan­dre Dumas, Wal­ter scott, Ein­rich Remar­que, Roger Ver­cel, Jules Verne, Joseph Peyré, Larteguy, Mon­freid, Fri­son Roche, Jacques Per­ret, Guareschi, Jaroslav Hasek, Gabriel Cheval­li­er, Alex­is Car­rel, Mal­raux. Pour con­clure cette énuméra­tion non exhaus­tive, force est de con­stater qu’à une époque encore récente la jeunesse était accou­tumé à respecter des valeurs ances­trales. Aujour­d’hui en lieu et place, des saltim­ban­ques pro­fessent que le bien et le mal sont inter­change­ables et les valeurs du passé sont dev­enues obsolètes. Ringards sont les défenseurs de la vérité car bien­tôt minori­taires.

Category : Réflexion

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :