Débarquement au trou charmant.

Débarquement au trou charmant.

Débarquement au trou charmant.

Oublions un instant tous les événe­ments trag­iques qui jour après jour assom­bris­sent notre moral et notre avenir. Oublions égale­ment des faits d’une impor­tance mineure telle que la dif­fi­culté que j’éprou­ve à ter­min­er le roman que j’ai en chantier sur le thème d’une aven­ture mer­ce­naire. Pour oubli­er le présent rien de plus facile, il suf­fit d’évo­quer le passé et de laiss­er la nos­tal­gie s’in­staller.
J’ai gardé à l’e­sprit un moment d’ex­cep­tion que j’ai vécu voici 25 ans sur une plage de l’océan indi­en pourvue d’un nom évo­ca­teur de félic­ités trop­i­cales. Le trou char­mant.
Le 27 Sep­tem­bre 1995. A la nuit tombée trois com­pagnons et moi-même sommes postés en con­tre bas de la route de Moroni, cachés à la vue de regards indis­crets par des arbustes feuil­lus à souhait. Nos qua­tre véhicules bien cam­ou­flés se con­fondent avec la végé­ta­tion exubérante et ne lais­sent rien paraître de leur présence.
La rai­son de notre regroupe­ment dans ce lieu désert est de réalis­er la mis­sion dont nous sommes investis. Mis­sion qui con­siste à balis­er un point de la côte afin de faciliter le débar­que­ment d’une troupe armée chargée de fomenter un coup d’é­tat des­tinée à des­tituer le prési­dent en titre.
Mazette, rien que ça! Certes ce pro­gramme peut paraître ambitieux aux yeux d’ob­ser­va­teurs igno­rants de la sit­u­a­tion poli­tique et mil­i­taire de cette por­tion de ter­ri­toire de l’Océan Indi­en.
Le régime est aux abois, pré­var­i­ca­tion et incom­pé­tence expliquent la détes­ta­tion du prési­dent qu’af­fiche la pop­u­la­tion. La France n’a eut de cesse de ramen­er à la rai­son ce prési­dent ingrat, oublieux des sub­sides ver­sés par l’é­tat français en favorisant l’im­plan­ta­tion de la Lybie. Son armée est loin d’être pléthorique et ses cadres favor­ables à un change­ment de gou­verne­ment. Les ten­ants de La poli­tique française tou­jours tortueuse ne seraient pas out­rageuse­ment effarouchés si ce scé­nario venait à se pro­duire.
22 heures. La nuit prend pos­ses­sion de son roy­aume, la vis­i­bil­ité n’est pas très bonne, pour­tant la lune chargée de trouer la pénom­bre est à la manœu­vre. Cette semi obscu­rité sert nos plans à mer­veille, elle con­fère à notre entre­prise la con­fi­den­tial­ité req­uise. Le point faible de notre dis­posi­tif, en cas tou­jours pos­si­ble de con­trôle de police, est de trou­ver une rai­son plau­si­ble à la présence de qua­tre occi­den­taux pourvus cha­cun d’un véhicule. Antic­i­pant ce cas de fig­ure tou­jours pos­si­ble, Jean-Claude a échafaudé un plan qui laisse une grande part d’in­cer­ti­tude. Si d’aven­ture des policiers soupçon­neux nous inter­ro­geaient sur les raisons de notre présence au milieu de la nuit sur une plage qui n’of­fre aucune des com­mod­ités que l’on est en droit d’at­ten­dre d’une plage à touristes, notre excuse appar­tient au monde du ciné­ma. Nous seri­ons chargés de repérages de lieux prop­ices pour le tour­nage d’un film. Moi je veux bien mais sauf à être con­fron­tés à des flics par­ti­c­ulière­ment demeurés, cet ali­bi risque de ne pas con­va­in­cre grand monde.
Nous les pre­miers. Nous avions prévu une autre méth­ode qui n’é­tait pas non plus exempte d’aléas, mais qui com­por­tait un taux de réus­site plus élevé.
Nous nous étions munis de machettes et de longs couteaux des­tinés à con­va­in­cre les flics les plus obstinés si par hasards ils nous cher­chaient noise. Nous étions déter­minés à utilis­er ce moyen létal car en aucun cas nous ne pou­vions met­tre en péril la vie de nos cama­rades du bateau et d’au­toris­er l’échec d’une opéra­tion si longue­ment pré­parée.
Seul Riquet refu­sait d’u­tilis­er des armes blanch­es, arguant que ses poings étaient des argu­ments per­cu­tants qui pou­vaient con­va­in­cre les plus récal­ci­trants. Pré­ci­sions utiles à la com­préhen­sion de cette affir­ma­tion. Riquet était un ancien karaté­ka de niveau inter­na­tion­al.
Notre attente débu­tait sous un ciel obscur qui cachait les beautés de la voute céleste.
Bien­tôt la suite.

Category : Actualités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :